Des prix pour des recherches loufoques

La poule ou l'oeuf ?

La poule ou l'oeuf ?

Chaque année depuis 1991, on décerne à Harvard des prix parodiques appelés les Ig Nobel. L’objectif est de récompenser des recherches scientifiques particulièrement inutile. Le nom Ig Nobel est un jeu de mot avec la prononciation de « ignoble » en anglais.

Un petit best-of des plus belles récompenses:

  • 1991: Physique : Thomas M. Kyle, authentique farceur, pour sa découverte de l’élément le plus lourd de l’univers, l’Administratium, qui comprend un neutron, huit neutrons-assistants, 35 vice-neutrons et 256 vice-neutrons-assistants.
  • 1992: Archéologie : les Éclaireuses Éclaireurs de France, nettoyeurs bien propres de graffitis, pour avoir effacé les peintures rupestres de la grotte de Mayrière supérieure, près du village de Bruniquel.
  • 1993: Médecine : James F. Nolan, Thomas J. Stillwell, et John P. Sands, Jr., miséricordieux hommes-médecins, pour leur douloureux mémoire de recherche, « Gestion correcte d’un pénis coincé dans une fermeture éclair ».
  • 1994: Biologie : W. Brian Sweeney, Brian Krafte-Jacobs, Jeffrey W. Britton, et Wayne Hansen, pour leur étude fracassante, « L’homme de troupe constipé : fréquence parmi les troupes américaines déployées », et plus spécialement pour leur analyse numérique de la fréquence des mouvements de boyaux.
  • 1995: Psychologie : Shigeru Watanabe, Junko Sakamoto, et Masumi Wakita, de l’université de Keio, pour avoir appris à des pigeons à faire la différence entre les tableaux de Picasso et ceux de Monet.
  • 1996: Paix : Jacques Chirac, Président de la République française, pour avoir célébré le cinquantième anniversaire des bombardements de Hiroshima et Nagasaki en faisant coïncider ces dates avec les deux derniers essais nucléaires français dans le Pacifique.
  • 1997: Entomologie : Mark Hostetler de l’université de Floride, pour son livre d’école intitulé « Cette bouillie sur votre voiture », qui permet d’identifier les impacts d’insectes sur les pare-brise d’automobiles.
  • 1998: Statistiques : Jerald Bain de l’hôpital du Mont Sinaï à Toronto et Kerry Siminoski de l’université d’Alberta pour leur étude mesurée, « La relation entre taille, pointure et longueur du pénis ».
  • 1999: Hygiène : George et Charlotte Blonsky de New York et San Jose, Californie, pour leur système (Brevet américain n° 3,216,423) pour aider les femmes à accoucher – la femme est attachée sur une table circulaire, qui est mise en rotation à haute vitesse.
  • 2000: Informatique : Chris Niswander de Tucson, Arizona, pour l’invention de PawSense (Sensation de Patte, NdT), logiciel qui détecte si un chat marche sur le clavier de votre ordinateur.
  • 2001: Technologie : conjointement décerné à John Keogh de Hawthorn, État de Victoria, Australie, pour avoir breveté la rouebrevet d’innovation numéro 2001100012. en 2001, et au Bureau australien des brevets qui lui a accordé le brevet d’innovation numéro 2001100012.
  • 2002: Physique : Arnd Leike (Allemagne) pour sa « démonstration de l’application de la loi de dégradation exponentielle à partir de la mousse de bière ».
  • 2003: Physique : Jack Harvey, John Culvenor, Warren Payne, Steve Cowley, Michael Lawrance, David Stuart, et Robyn Williams, Australie, pour leur rapport irrésistible « Analyse des forces nécessaires pour traîner un mouton sur différentes surfaces ».
  • 2004: Médecine : Steven Stack et James Gundlach (États-Unis) pour leur rapport publié sur « l’effet de la musique country sur le suicide. »
  • 2005: Chimie : Edward Cussler et Brian Gettelfinger, université du Minnesota, pour avoir répondu à la question « les gens nagent-ils plus vite dans le sirop ou l’eau ? ».
  • 2006: Mathématiques : Nic Svenson et Piers Barnes, de l’organisation australienne du Commonwealth pour la science et la recherche, pour leur calcul du nombre de photos qu’il est nécessaire de prendre pour être (presque) certain que personne dans une photo de groupe n’aura les yeux fermés.
  • 2007: Aviation: Patricia V. Agostino, Santiago A. Plano et Diego A. Golombek de l’Université Nationale de Quilmes, en Argentine, pour avoir découvert que le Viagra aidait les hamsters à se remettre d’un décalage horaire.
  • 2008: Chimie : à Sharee A. Umpierre de l’université de Puerto Rico, Joseph A. Hill, des centres de fertilité de Nouvelle-Angleterre et à Deborah J. Anderson de l’université de médecine de Boston et de la Harvard medical school pour avoir démontré que le Coca-Cola était un spermicide efficace. Le prix est aussi remis aux chercheurs taïwanais Chuang-Ye Hong, C.C. Shieh, P. Wu, et B.N. Chiang qui ont de leur côté établi que le Coca-Cola n’était pas un spermicide efficace.

Tout les résultats sur la page Wikipedia: ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>