La révolution industrielle open source est en marche


revolution-industrielle-open-source

Quand on parle d‘open source, on pense souvent à l’informatique et aux logiciels. L’open source pour ceux qui ne savent pas, c’est le fait de rendre de rendre le code source d’un logiciel libre et accessible. Ça permet ainsi à n’importe qui de le modifier, de l’adapter et de savoir comment il fonctionne.

Pour simplifier, l’open source c’est un peu l’opposé du droit d’auteur, on sait tout sur le produit qu’on a et on peu ainsi le modifier et le redistribuer.

Un homme a décidé d’adapter l’idée de l’open source à la création de machines en tout genre. Son idée de départ est simple: disposer d’un kit de machines pour bâtir en toute autonomie les bases d’un village, d’une communauté ou d’une… civilisation! Et là où c’est open source, c’est que toutes ces machines seront libres de droit, permettant à chacun d’obtenir gratuitement les plans pour construire eux-mêmes leurs machines.

Cet homme s’appelle Marcin Jakubowski, il est le fondateur de l’Open Source Ecology et voilà son histoire.

marcin-jakubwoski

Marcin est un scientifique américain d’origine polonaise. Après un doctorat en physique nucléaire, il décide de tout laisser de côté et de changer de vie pour s’acheter une ferme dans le Missouri. Pour travailler la terre, il achète alors un tracteur qui malheureusement tombe en panne en 2008.

Bilan: il a besoin de 30 000 dollars pour s’acheter une nouvelle machine. Au lieu de faire comme n’importe qui, il décide alors de construire lui même un tracteur avec les critères suivants: simple d’utilisation, très fonctionnel, que l’on peut améliorer facilement et qui au final sera surtout moins cher qu’un appareil acheté dans le commerce.

Voilà le résultat:

tracteur-open-source

 

Belle bête non? Son bébé il l’a baptisé le LifeTrac et il lui a coûté 6 000 dollars seulement (soit 5 fois moins que si il en avait acheté un) et trois mois de travail. Il a été conçu à partir de l’assemblage de tubes d’acier.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, un gars malin et bricoleur qui crée son tracteur lui-même. Mais Marcin, motivé par sa création, décide de publier sur Internet toutes les informations pour que tout le monde puisse aussi créer son propre LifeTrac:

Il pose ainsi les bases de l’Ecologie Open Source qui vise à:

répondre à la simple question suivante : « Qu’est-ce qui se passe lorsque l’on décide de travailler véritablement ensemble, avec les autres ? » Ce principe s’applique à tous les secteurs de la société, de l’économie, à tout le reste. 

Belle idée n’est ce pas? Il présente toute ces idées et sa façon de voir le monde lors d’une conférence TED que je vous invite à découvrir ci-dessous (sous-titres en français).

Marcin est du genre vraiment malin et avec la réussite du LifeTrac et le soutien de TED, il décide de ne pas s’arrêter là. Il imagine alors le kit de  construction du village global. Il s’agit d’un kit comprenant 50 machines industrielles nécessaires selon lui à « la construction d’une petite civilisation incluant tout le confort moderne ».

village-construction-machine

Vous pouvez le constater, il ne s’agit pas ici de créer un village et de vivre comme des Amish ou des hippies. Il veut créer à la manière de son tracteur LifeTrac des machines open-sources et donc reproductibles par n’importe qui mais très modernes et permettant de vivre en autonomie dans une société moderne:

  • imprimante 3D
  • four à pain
  • presse à briques
  • scieuse
  • voiture roulant à la biomasse
  • éolienne
  • extracteur d’aluminium

Il a été rejoint par de nombreux bénévoles qui travaillent sur des plans pour ces machines. Sur les 50, 15 ont déjà été prototypées et grâce à la libre disponibilité des plans, certaines machines ont déjà été fabriquées dans différents pays du monde.

Vers l’autonomie maximum

Pour produire ces machines, la majorité des éléments proviennent pour le moment du commerce traditionnel, mais le but ultime est bien d’être autonome. Ainsi des machines comme un extracteur d’aluminium et une fondeuse d’acier de récupération sont aussi en cours de développement afin d’obtenir des matières premières.

Sur le plan énergétique, ce sont les éoliennes qui sont utilisées ainsi que des concentrateurs solaires à miroir.

La première communauté en place

Afin de regrouper ses bénévoles et de vivre son expérience à fond, Marcin a fondé la Factor e Farm aux Etats-Unis où ils sont déjà 24 personnes à vivre ensemble. Ils travaillent sur les prototypes de machines via des plans reçus par leurs soutiens à travers le monde et testent les différents éléments.

Grâce à un responsable agricole, ils sont déjà indépendants sur le plan alimentaire, et ce n’est que le début!

En tout cas, ça fait plaisir de lire que ce genre d’initiatives sont en route dans notre société d’individualistes où on parle principalement des choses négatives.

Pour en savoir plus:

Autres posts:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>